République Dominicaine. Le sud

    Partagez
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    République Dominicaine. Le sud

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:23

    République Dominicaine - Le sud - 2011




    Et bien ça y est, je suis rentré en France le dimanche 16 janvier, avec le moral assez bas, comme vous pouvez vous en douter après quatre semaines passées en République Dominicaine.
    Ce séjour a assez mal démarré. J’ai attrapé la grippe dom dès le premier jour de mon séjour, avec une forte toux qui m’a duré plus de deux semaines.

    J’ai quand même pu passer noël en famille à Santo Domingo et le jour de l’an, toujours en famille, mais à Hato Mayor del Rey, la ville où réside mon épouse.

    Pendant les trois premières semaines, nous n’avons pas bougés (sauf pour les réveillons).
    Donc, rien à dire ni photos à montrer de cette période.

    La seule sortie que nous avons fait, ça a été pour une virée de trois jours dans le sud du pays, le week end avant mon départ.
    Bien entendu, c’est ce que je vais vous raconter tout en vous montrant quelques photos.

    Tout d’abord, nous allons commencer par définir ce qu’est le sud de la RD pour les dominicains.
    C’est grosso modo la partie que j’ai entouré de rouge sur la carte qui suit.




    J’ai recadré la carte pour garder seulement la partie qui nous intéresse, ainsi vous pourrez suivre le trajet parcouru.


    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    De Barahona à Oviedo

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:24

    Nous sommes partis de Hato Mayor le vendredi 7 au soir et avons passé la nuit dans un hôtel de Santo Domingo.
    Réveil tôt le samedi matin, et en avant pour le sud, qui depuis Sto Domingo s’avère être l’ouest, mais nous n’allons pas chipoter pour si peu.
    Sur la carte n°2 nous suivons le trajet en rouge. Les premières villes traversées sont San Cristóbal puis Bani , qui n’ont aucun charmes particuliers, tout comme Azua, la suivante sur notre passage. La majorité des villes dominicaines ont tendance à se ressembler les unes aux autres.
    Après Azua, nous arrivons en fin de matinée à Barahona , qui elle aussi est assez quelconque, si ce n’est qu’elle est au bord de mer. Il y a même un malecon, mais pas très joli.

    Au départ, nous avions prévu de rester à Barahona pour en faire notre camp de base et partir un jours vers Pedernales et le second jour vers le lac Enriquillo. Mais vu que nous étions arrivés à Barahona avant midi, nous avons décidé de continuer jusqu’à Pedernales.

    Si avant Barahona les paysage qui bordent la route sont assez classiques, par contre, après, il y a des lieux d’une beauté à couper le souffle.
    Entre Barahona et Oviedo, l’enchantement commence. Pour décrire un peu le paysage, c’est la montagne qui s’arrête dans la mer. Avec la route qui suit le rivage, tantôt au niveau de l’eau, tantôt en hauteur.
    Même si l’on aimerait que la végétation au bord de la route soit un peu plus courte pour bénéficier de la vue à tous moments, il y a quand même de belles trouées pour nous enchanter, ainsi que des parkings avec panorama.
    La route est parsemée de petits villages de pécheurs. Beaucoup de plages quasi désertes, mais la majorité ne sont pas de sable, mais de galets.
    Nous avons du prendre cette route à l’aller et au retour, je vous mets toutes les photos ensembles.

    Et là vous vous dites, quand est-ce qu’il s’arrête de parler pour nous montrer des photos !
    Voilà, ça vient :

























    Ici, nous sommes à la sortie du village Enriquillo, qui n’a rien à voir avec le lac, si ce n’est le nom.
















    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Cabo Rojo - La Cueva

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:24

    Nous passons Oviedo et la lagune sans nous arrêter, et nous remontons en direction de Pedernales.
    Ici, la végétation change du tout au tout, adieu les cocotiers, bonjour les cactus et les arbustes bas. Une végétation de région sèche.
    Nous entrons dans le parc national de Jaragua.

    Nous nous approchons de Pedernales, et il est encore tôt dans l’après-midi (environ 14h30).
    Aussi, quand je vois sur la gauche un panneau indiquant Cabo Rojo et Bahia de las Aguilas, je tourne le volant et en avant l’avanture. Pedernales attendra.

    La route se transforme en piste, mais sans problèmes particuliers. Ici la terre est rouge, car chargée de bauxite. Ce minerai qui sert à fabrique l’aluminium et qui doit son nom à un village médiéval près de chez moi ( les Baux de Provence).
    Dommage pour le paysage qu’une usine de traitement de la bauxite soit installée si près de Cabo Rojo.

    La route se transforme en piste, mais sans problèmes particuliers, et la mer et toute proche. Première pause en face d’un camp militaire.














    Sur la plage de sable blanc quasi déserte, beaucoup de coquillages de toutes tailles, ainsi que du corail séché.
    Nous ne nous privons pas de ramasser ce qui nous plait.
    Nous redémarrons et continuons vers un lieu nommé la Cueva del Cabo. Un tout petit village de pêcheurs au bout de nulle part.
    Une centaine de mètres après le village, nous arrivons à la cueva, où nous devons nous arrêter, car le chemin est barré par uns chaine. Ici, deux ou trois terrasses couvertes, avec tables et bancs, pour les gens qui veulent se restaurer...... Mais aucun restaurant en vue.
    Il y a quelques personnes, des bateaux...
    Après avoir discuter avec un garde du parc, nous apprenons qu’il y a trois manières pour aller à la Bahia de las Aguilas et sa plage.
    - A pieds, mais entre une heure une heure et demi de marche en plein soleil par trente degrés.
    - En 4x4, mais la piste et défoncée, beaucoup de risques pour le véhicule.
    - En bateau. Ça tombe bien, le garde dispose d’un bateau pour son travail de garde et il peut l’utiliser pour promener des touristes.
    Même si je suis persuadé qu’il a exagéré la durée du chemin à pieds et le mauvais état de la piste, je ne regrette pas d’avoir choisi la voie maritime pour aller à la Bahia.

    Quelques images de la cueva.

    Le nom la cueva vient de ceci. Créé par les vagues quand la mer arrivait jusqu’ici.
    Il parait que par le passé ça a servi d’habitation troglodyte.






    Sur le ponton, notre guide et son bateau (le gris) qui va nous conduire à la plage.









    Dernière édition par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:31, édité 2 fois
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Bahia de las Aguilas

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:26

    En route pour la Bahia de las Aguilas.



















    Quand je vous dis qu’il y a des cactus








    Des pélicans que nous avons dérangé.








    Voici pourquoi les pélicans sont ici. Nous traversons un banc de petits poissons qui sautent hors de l’eau à notre passage.




    Ils sautent tellement, que certains entrent dans le bateau.










    Mais Elizabeth se change en salvatrice de poissons, après les avoir ramassés, elle les remet à l’eau, à défaut de pouvoir les faire frire.






    On arrive à la plage.




    Plage très fréquentée comme vous pouvez vous en apercevoir.






    Par cette chaleur, un bon bain ne fait de mal à personne.










    Le bateau revient nous chercher, et nous retournons en direction de la cueva.












    Nous voici de nouveau à la Cueva, où nous nous reposons un peu, et où nous mangeons un bon repas préparé par quelqu’un du village.






    Sur le chemin du retour, vers Pedernales, nous nous arrêtons pour admirer les cactus.









    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Pedernales

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:32

    Après nous être trompé de route, nous arrivons enfin de nuit à Pedernales.
    Malheureusement l’hôtel qu’on nous avait conseillé était plein. Nous en trouvons un autre, nous pouvons enfin nous doucher et dormir.

    Quelques vues d’un «bario» pauvre de Pedernales.















    C’est une ville frontière avec Haïti, mais il est impossible de passer en face pour les touristes. Ceux qui veulent aller en Haïti doivent le faire par Jimani.
    La ville est bien propre et ordonnée. Peu de véhicules dans les rues.
    Le sud est une région très pauvre.

    Le lendemain, nous nous levons pas trop tard. Après un très bon petit déjeuner, nous reprenons la route pour aller au lac Enriquillo. Il nous faut repasser par Barahona, mais qu’importe, le paysage est tellement beau par cette route.
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Laguna de Oviedo

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:33

    Quand nous repassons par Oviedo, nous décidons quand même d’aller jeter un coup d’œil à la lagune.

    Elle fait partie du parc national de Jaragua, pour s’en approcher il faut payer cinquante pesos pour les dominicains et cent pour les étrangers.
    Endroit très intéressant pour les amoureux de la nature et particulièrement des oiseaux. Des ballades sont organisées, que ce soit à pied, en voiture ou en bateau. Un jour je ferai la ballade en bateau, mais là, nous n’avions pas le temps.
    L’eau de la lagune est trois fois plus salée que la mer, l’eau est soufrée, ce qui lui donne une teinte verdâtre.
    Malgré le sel et le souffre, beaucoup de poissons y vivent.
    Sur ces rives, il y a plusieurs villages de pécheurs.


    Maintenant les images :






























    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Lago Enriquillo

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:34

    Nous ne nous attardons pas, tout en nous promettant de revenir, et reprenons la route de Barahona. Ville où nous arrêtons seulement pour faire le plein, et nous repartons de suite vers le lac enriquillo.
    Nous traversons Cabral, puis Duvergé.
    Quelques kilomètres après Duvergé, le lac se laisse enfin voir de la route, mais très peu de temps
    Nous avons décidé d’en faire le tour pour voir les deux rives. Nous aurions mieux fait de nous en tenir au côté nord.
    Par le sud, le lac est assez loin et on ne le voit quasiment pas, si ce n’est un peu au début.
    Il existe bien des chemins pour s’en approcher, mais encore faut-il les connaitre ainsi que leur état.

    C’est finalement à partir de Jimani, à la pointe ouest, prés de la frontière Haïtienne que le lac accepte enfin de se dévoiler aux visiteurs que nous sommes.

    Lors des derniers cyclones, beaucoup d’eau est tombée dans le lac dont le niveau est monté, ce qui l’a fait sortir de son lit et envahir les plaines environnantes. Ça se voit bien sur les premières photos.

    Le lac Eriquillo fait environ 35 km de long et a une superficie de 370 km² . Il se situe entre 30 et 45 m en dessous du niveau de la mer, suivant les sources.
    C’est le plus grand lac salé des Caraïbes, son eau a une teneur en sel deux fois plus élevée que la mer.
    En plus de la beauté du lieux, son autre intérêt est sa faune. On y trouve de nombreuses espèces d’oiseaux et ce qui fait sa renommée, une colonie de crocodiles (crocodilus americanus acatus), espèce en voie de disparition.
    Je n’ai malheureusement pas eu le loisir d’en observer, ce sera pour une autre fois, car je compte bien y retourner pour faire la visite en bateau, et aller sur l’isla cabritos qui est au centre du lac. Cette ile fait 12km de long pour 2.5 de large.











    Autres animaux que l’on rencontre sur les bords du lac ou sur l’ile, ce sont les iguanes. Ils pullulent sur l’ile et sont bien présents près des rives. Comme à l’entrée du parc où nous faisons une pause.
    Cette entrée se trouve juste après la ville de la Discubierta.





    Nous avons la chance de voir des iguanes rhinocéros qui sont, parait-il, assez rares.
    Faciles de les reconnaitre avec leurs «cornes» sur le front.










    Ils commences à arriver en masse quand ma femme leur envoie un peu de pain à manger.










    L’embarcadère pour faire la visite en bateau.
    D’après le guide du parc, des crocodiles viennent jusqu’ici de temps en temps. Mais nous n’avons pas eu cette chance ce jour là.












    Il y en a beaucoup, et quand ils viennent vers vous pour quémander un peu de nourriture, il faut avouer que c’est impressionnant et inquiétant quand on ne sait pas s’il y a un risque ou non.
    Après avoir demandé, il s’avère qu’il n’y a rien à craindre.



    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Las Caritas - el lago - Retour

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:34

    Le guide du parc nous indique, qu’1 km plus loin, il y a une petite grotte avec des sculptures Taïnos.
    Les Taïnos sont les indiens qui habitaient l’ile Hispaniolia. Ils ont étés massacrés par les conquistadores espagnols.

    Voici la grotte vue de la route.




    Je me lance seul dans la petite ascension, qui est assez difficile quand on est en tongs.














    Depuis l’entrée de la grotte, comme nous sommes un peu en hauteur, la vue sur le lac est magnifique.
    A vous de juger.




    Notre «jeepeta» en contrebas.






    Je n’ai pas pu m’empêcher de faire un panorama en collant six photos bout à bout. L’angle photographié est d’environ 180°.




    Toutes les roches environnantes sont d’origine coralliennes.




    Un dernier coup d’œil à la grotte après être redescendu.








    et nous partons vers Barahona, car il se fait tard, le soleil commence à baisser. Mais nous continuons jusqu’à Bani où nous passerons la nuit dans un hôtel. Et où nous avons pu nous offrir un vrai repas, après deux jours de grignotage dans la voiture.

    Comme vous le savez, en Haïti sévit actuellement le choléra. Cette maladie a franchi la frontière avec les émigrés haïtiens, les cas commencent à être nombreux en République Dominicaine.
    Pour nous en préserver, vu que nous sommes passés très près du pays voisin, nous avions décidé d’apporter notre eau et de ne pas acheter à manger si près de la frontière.

    Voici ce que dit l’encyclopédie Wikipedia sur cette maladie:


    Le choléra est une toxi-infection entérique épidémique contagieuse due à la bactérie Vibrio cholerae, ou bacille virgule, découverte par Pacini en 1854 et redécouverte par Koch en 1883. Strictement limitée à l'espèce humaine, elle est caractérisée par des diarrhées brutales et très abondantes (gastro-entérite) menant à une sévère déshydratation. La forme majeure classique peut causer la mort dans plus de la moitié des cas, en l’absence de traitement (de quelques heures à trois jours).
    La contamination est orale, d’origine fécale, par l’eau de boisson ou des aliments souillés.


    Dernière édition par tiotiti le Sam 22 Jan - 15:23, édité 1 fois
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Conclusion

    Message par tiotiti le Ven 21 Jan - 23:35

    Ce que je retiens de ce voyage:
    1 - D’abord la pauvreté du sud, encore plus présente que dans les parties du pays que je connaissait. La rareté des véhicules dans Pedernales m’a beaucoup surpris.
    Cette pauvreté n’affecte pas la gentillesse et serviabilité des gens.
    Pour exemple, après notre départ de Cabo Rojo, nous nous sommes trompés de route, nous avons demandé le chemin de Pedernales à un véhicule qui allait en sens inverse. Le conducteur nous a dit de le suivre car il y allait. Après quelques kilomètres, il s’arrête sur le bas côté en nous invitant à faire de même, il ouvre son coffre qui était rempli de fruits, s’en charge les bras et nous fait cadeau de magnifiques pamplemousses, tout en nous demandant si nous aimons les «chinas» (oranges amères). Après une réponse positive, il retourne à son coffre, se charge les bras d’oranges et nous les apporte. Il nous a donné environ 5 ou 6 kg de fruits. Je n’ai jamais connu ça en France.
    Il nous rend service en nous conduisant où nous voulons aller et il nous fait un très beau cadeau.

    2 - Mis à part un passage de quelques km après Duvergé, le très bon état général des routes et la propreté des villes traversées. Ce qui tranche avec celles de l’est que je connais mieux.

    3 - Le côté «sauvage» sauvegardé du sud. Beaucoup de réserves naturelles et parcs nationaux.
    La nature est magnifique, bien que différente des plages avec cocotiers qui font la renommée de la République Dominicaine.
    Tout ce que nous avons vu, m’a fortement donné envie d’y retourner, pour prendre le temps de visiter tous les sites intéressants que nous n’avons fait que «survoler».
    Et je veux voir des crocrodiles (comme disent les enfants).

    Je pense que vous aurez compris que mon seul regret et de n’avoir passé que deux jours et non cinq dans ce paradis.
    Plus je connais la République Dominicaine, plus je l’aime.

    J’espère vous avoir fait passer un bon moment.


    Dernière édition par tiotiti le Sam 22 Jan - 17:12, édité 1 fois
    avatar
    Guy

    Nombre de messages : 2022
    Age : 86
    Localisation : Bruxelles
    Date d'inscription : 19/06/2008

    Re: République Dominicaine. Le sud

    Message par Guy le Sam 22 Jan - 0:22

    Pour avoir passé un bon moment tu peux le dire je me suis régalé de tous ces beau paysages
    et de ces belles photos plus belle l'une que l'autre.
    Quand aux commentaires ne t'inquiète pas ils ne sont pas du tout fait pour nous endormir.
    Merci encore pour tout tu as fais un beau voyage.

    Guy
    avatar
    Nicole C

    Nombre de messages : 1267
    Age : 66
    Localisation : Montréal, Québec
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Re: République Dominicaine. Le sud

    Message par Nicole C le Sam 22 Jan - 17:28


    Et bien Thierry, une fois de plus tu t'es surpassé. Tes photos sont de toute beauté et tu m'as fait découvrir une région de la RD que je ne connaissais pas mais qui vaut le détour. C'est un coin magnifique du pays et certains paysages sont vraiment enchanteurs!!! Mais le mieux, c'est que tu as su, à travers tes photos, en faire ressortir toute la beauté.

    Merci de les partager avec nous! C'est un beau cadeau que tu nous fais!!!!
    avatar
    Lamouette 2

    Nombre de messages : 1383
    Age : 65
    Localisation : Montroulez
    Date d'inscription : 24/11/2009

    Re: République Dominicaine. Le sud

    Message par Lamouette 2 le Dim 23 Jan - 14:53

    Thierry je viens de passer un très bon moment à parcourir lentement ce fabuleux reportage dont tu nous às gratifiés . Je n'en ai pas perdu une miette et j'y reviendrai sûrement de temps en temps . Tu nous fais découvrir des endroits totalement inconnus et c'est magique, vraiment . Et tes photos sont comme toujours, particulièrement belles .
    Ca donne vraiment envie de secouer sa flemme et d'entreprendre le voyage
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Re: République Dominicaine. Le sud

    Message par tiotiti le Dim 23 Jan - 16:00

    Merci à tous.
    Vos commentaires me servent de motivation au mal que je me donne pour faire un compte rendu.
    C'est beaucoup de travail.
    avatar
    Nicole C

    Nombre de messages : 1267
    Age : 66
    Localisation : Montréal, Québec
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Re: République Dominicaine. Le sud

    Message par Nicole C le Dim 23 Jan - 17:51

    tiotiti a écrit:Merci à tous.
    Vos commentaires me servent de motivation au mal que je me donne pour faire un compte rendu.
    C'est beaucoup de travail.

    J'en sais quelque chose pour en avoir fait plusieurs, Thierry!!!!

    Contenu sponsorisé

    Re: République Dominicaine. Le sud

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 27 Mai - 6:17